Rémy Jestin passe la main à son fils Clément au Centre E.Leclerc de Ploudalmézeau

Rémy Jestin passe la main à son fils Clément au Centre E.Leclerc de Ploudalmézeau
Descriptive text here

Rémy Jestin, propriétaire-directeur général du Centre E.Leclerc de Ploudalmézeau, a annoncé sa retraite à ses 180 salariés, mercredi 8 mai 2024, à Ploudalmézeau. Aux côtés de son fils Clément, qui reprendra les rênes de la plus ancienne entreprise familiale de la commune, le futur retraité revient sur cette épopée familiale.

Au départ, une simple épicerie de 16 m2

« L’histoire a commencé avec mes parents, Henri et Marguerite, qui ont repris une épicerie sur la commune de Ploudalmézeau, en juin 1958, à l’emplacement actuel de la Caisse d’Epargne », rembobine Rémy Jestin. «C’était 16 m2. Toutes les marchandises reçues dans la cour étaient vérifiées sur la table de la cuisine », se souvient-il. La petite épicerie s’agrandit pour devenir une supérette de 160 m2 en 1977. « L’année 1982 marque un tournant, avec le déménagement à proximité de la salle de sport. La supérette est devenue un supermarché, sous l’enseigne Super U, avant l’enseigne Leclerc en 1985 », précise l’entrepreneur. « Financièrement, ce n’était pas facile. Durant l’hiver 1983-1984, c’est la seule fois où nous avons dû nous séparer d’un employé. J’y pense encore aujourd’hui lorsque je rencontre cette femme dans le magasin », confie-t-il.

Durant l’hiver 1983-1984, c’est la seule fois où nous avons dû nous séparer d’un employé. J’y pense encore aujourd’hui lorsque je rencontre cette femme dans le magasin.

« Le personnel et l’ambiance de travail sont ma plus grande fierté, poursuit Rémy Jestin. Et lorsqu’on lui demande quels sont les moments les plus mémorables. « La perte de deux salariés, Alain et Denis, partis trop tôt. Quant aux meilleurs moments : la reprise de l’entreprise de mes parents en 1991 et le transfert du magasin à l’emplacement actuel en font partie », dit-il. Pour ce transfert, dix ans de discussions ont été nécessaires. « Je me souviens en échange de commissions annonçant aux salariés : non, ce n’est pas encore cette fois ! « . En décembre 2001, le magasin actuel, à Keruscat, ouvre enfin ses portes sur 2 000 m2. Il s’étoffera d’espaces saisonniers, culturels, sportifs et pharmaceutiques pour atteindre aujourd’hui plus de 6 000 m2 de surface de vente.

Président de Scarmor de 2013 à 2022

Mais ce transfert manquera à Henri, son père, décédé trois semaines auparavant. Une autre aventure attend Rémy Jestin et non des moindres : il sera président de Scarmor, la centrale d’achat des magasins Leclerc du Finistère, des Côtes-d’Armor et du Morbihan, avec 43 magasins sous sa direction, de 2013 à 2022.

type="image/jpeg">>
Rémy et Clément Jestin, ici aux côtés de leurs collaborateurs, sont fiers de l’ambiance qui règne au sein de leur entreprise, au Centre E.Leclerc de Ploudalmézeau.

Clément, son fils, prendra la relève. Il y était préparé. A 33 ans, il a déjà fait son chemin dans le groupe Leclerc, avec deux années passées à l’abattoir de Kermené, trois à Scarmor et quatre entre les Leclerc de Concarneau et Limoges, en Haute-Vienne. Il est directeur ici à Ploudalmézeau depuis septembre 2022.

« En entrepreneuriat, on ne fait pas un 100 m mais un marathon », conclut Rémy Jestin. Clément, quant à lui, affiche son objectif : « Pérenniser l’entreprise familiale et poursuivre son développement ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ce nouveau carburant français choque le monde entier en s’annonçant comme le remplaçant de l’électricité et de l’hydrogène
NEXT Le groupe Casino, en proie à de graves difficultés financières, a vendu 121 magasins à Auchan, Les Mousquetaires et Carrefour