Joe Biden s’apprête à taxer les véhicules électriques 100 % chinois

Joe Biden s’apprête à taxer les véhicules électriques 100 % chinois
Descriptive text here
>>
Des voitures électriques BYD attendent d’être rechargées au port de Suzhou, près de Shanghai (Chine), le 8 février 2024. STR/AFP

Le président américain Joe Biden s’apprête à quadrupler les droits de douane sur les véhicules électriques chinois, qui atteindraient alors 100 %. C’est la révélation faite vendredi 10 mai par le le journal Wall Street (WSJ), selon qui l’annonce officielle devrait avoir lieu la semaine prochaine, probablement le mardi 14 mai. Les batteries, les équipements pour panneaux solaires et les minéraux rares seraient également concernés, poursuit le quotidien économique et financier, qui note que cette décision intervient après un examen de les mesures décidées par le précédent président, Donald Trump, depuis 2018.

Le démocrate Joe Biden s’est montré aussi protectionniste que son prédécesseur républicain vis-à-vis de la Chine, puisqu’il n’a jamais réduit les droits de douane imposés par cette dernière. Selon WSJ, ses équipes étaient divisées entre partisans de mesures plus dures et ceux qui prônaient un assouplissement, notamment la secrétaire au Trésor Janet Yellen, qui cherche à apaiser les relations sino-américaines. Lors d’un déplacement à Pékin, elle a cependant exhorté ses homologues chinois à ne pas inonder le marché américain de leurs produits.

Sans surprise, les Chinois sont furieux. « Au lieu de corriger leurs mauvaises pratiques, les États-Unis ont continué à politiser les questions économiques et commerciales.a déclaré vendredi Lin Jian, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Une nouvelle augmentation des droits de douane ajoute l’insulte au préjudice. »

Lisez également la chronique | Article réservé à nos abonnés « La Chine s’est dotée d’un appareil productif tel que son principal débouché passe nécessairement par l’exportation »

Ajouter à vos sélections

Un marché intérieur dominé par les marques nationales

L’annonce intervient en pleine campagne électorale pour la présidentielle de novembre. Lors d’une réunion en mars, Donald Trump a expliqué que le secteur automobile allait connaître une crise. « bain de sang » s’il n’était pas élu, à cause des véhicules chinois bon marché qui afflueraient dans le pays. Lors de la grève qui a frappé, à l’automne 2023, les constructeurs historiques de Détroit, Michigan, GM, Ford et Stellantis, il a assuré qu’en réclamant des augmentations de salaires, les syndicats menaient le mauvais combat, car, en fin de compte, ils perdraient leur emploi avec le passage du moteur thermique au moteur électrique. Donald Trump a promis de taxer toutes les importations à hauteur de 10 % et celles en provenance de Chine à hauteur de 60 %, s’il est réélu.

Joe Biden est allé soutenir les grévistes sur un piquet de grève et a fini par obtenir, début 2024, le soutien de Shawn Fain, le nouveau président de United Auto Workers, le plus grand syndicat du pays, pour l’élection présidentielle.

Il vous reste 54,77% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’encours du crédit bancaire augmente de 6,7% à fin mars 2024
NEXT « Cela devient dangereux pour les patients »