Service Starlink bloqué par des pirates en Afrique de l’Ouest, mais le Ghana et le Nigeria ne sont pas affectés

Service Starlink bloqué par des pirates en Afrique de l’Ouest, mais le Ghana et le Nigeria ne sont pas affectés
Service Starlink bloqué par des pirates en Afrique de l’Ouest, mais le Ghana et le Nigeria ne sont pas affectés

Les ambitions d’Elon Musk pour Starlink, visant à révolutionner l’accès à l’Internet haut débit via une flotte de satellites en orbite basse, se heurtent à la résistance des autorités des télécommunications en Afrique de l’Ouest. Si des pays comme le Rwanda, le Bénin, le Kenya ou le Nigeria ont déjà signé des partenariats avec Starlink, d’autres pays comme la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Mali menacent de sanctionner les utilisateurs de ce service, qu’ils considèrent comme échappant actuellement à toute réglementation.

Les autorités de régulation des télécommunications de ces pays dénoncent l’importation, la vente et l’utilisation « illégales » des kits Starlink sur leur territoire. Des poursuites pénales et de lourdes amendes sont évoquées pour les contrevenants. Les régulateurs du Tchad et du Niger ont également émis des avertissements similaires.

Malgré l’engouement suscité par le déploiement des kits Starlink au Bénin et au Nigeria, auprès de grands revendeurs locaux vendant ces kits, les autorités voient d’un mauvais oeil ce phénomène. Leur principale préoccupation réside dans l’évasion fiscale et la concurrence déloyale avec les acteurs agréés. En outre, ils craignent que cette technologie puisse poser des problèmes de sécurité, favorisant potentiellement les actions de groupes terroristes armés, comme le relève une note du Conseil des ministres au Mali.

Cependant, des ouvertures semblent se dessiner. Les autorités maliennes se disent prêtes à étudier la faisabilité d’une utilisation légale de cette technologie avec des interlocuteurs officiels. De même, le ministre nigérien des Télécommunications a eu des entretiens avec des responsables de Starlink lors d’un récent voyage à Barcelone.

Après avoir déclaré Starlink illégal sur son territoire il y a trois mois, le Ghana envisage désormais de signer un accord avec le fournisseur d’accès Internet pour résoudre les problèmes de réseau récurrents sur son territoire.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le SMI termine en dessous de 12.000 points
NEXT Un bateau de course proche d’une Formule 1