Abderrazzak Mennioui : « Somacan veut changer l’image du cannabis »

Abderrazzak Mennioui : « Somacan veut changer l’image du cannabis »
Abderrazzak Mennioui : « Somacan veut changer l’image du cannabis »

Abderrazzak Mennioui
Directeur Général de Somacan

La région Fès-Meknès est en passe de devenir un acteur majeur de la production de cannabis à usage cosmétique et alimentaire au Maroc. L’entreprise Somacan, qui détient déjà près de 60 % de la production nationale, mise sur le potentiel du CBD pour créer des produits « bien-être » 100 % marocains.

Quelle est l’ambition de Somacan concernant le cannabis ?
Le cannabis est véritablement une plante exceptionnelle qui contient de multiples molécules aux propriétés étonnantes. Bien sûr, on connaît surtout le THC, la molécule psychoactive qui a fait la renommée de cette plante. Mais il existe effectivement 239 autres molécules dans le cannabis que nous pourrions exploiter pour leurs bienfaits en termes de santé, de beauté et de bien-être général.

Des études ont montré que le CBD est probablement la molécule la plus prometteuse, connue dans le monde entier pour ses innombrables vertus bienfaisantes sous presque tous les aspects. Notre ambition est donc de valoriser cette plante unique afin de produire un produit 100% marocain de très haute qualité. Nous avons la chance d’avoir été parmi les premiers à cultiver du cannabis ici au Maroc, où cette plante est particulièrement répandue. Nous disposons donc d’une expertise ancestrale considérable dans ce domaine.

Comment votre entreprise s’adapte-t-elle à la réglementation relative à l’exploitation du cannabis ?
À Somacan, nous avons pris des mesures spécifiques pour respecter strictement la réglementation. Tout d’abord, nous avons importé une variété particulière de graines, riche en CBD mais avec une très faible teneur en THC, contrairement à la variété de cannabis traditionnellement cultivée au Maroc qui contient beaucoup de cette molécule responsable des effets psychoactifs.

L’autorisation que nous avons obtenue auprès des autorités compétentes nous permet notamment de cultiver une variété de cannabis dont le taux de THC reste inférieur à 1 %. C’est cette variété que nous avons cultivée l’année dernière, obtenant une production très importante. A partir de cette récolte, nous avons pu fabriquer des compléments alimentaires et des produits cosmétiques, tout en restant dans le cadre réglementaire strict des usages autorisés du cannabis low-THC.

Selon vous, quelles sont les opportunités de marché pour les produits à base de cannabis, au Maroc et à l’international ?
Le marché du cannabis, notamment pour les produits riches en CBD, est véritablement énorme que ce soit au Maroc ou à l’étranger. À l’échelle internationale, cette molécule est très connue et ses prétendus effets bénéfiques sur la santé. Il existe donc déjà une forte demande sur ces marchés étrangers.

Au Maroc, c’est une toute première depuis que nous avons obtenu l’autorisation de commercialiser ces produits à base de cannabis lors de la dernière édition du SIAM en 2024. Le potentiel de marché est donc véritablement énorme au Maroc. Et nous avons également été agréablement surpris de constater que les Marocains ont déjà une certaine connaissance de ces molécules comme le CBD. Il existe donc déjà une base de consommateurs potentiels informés.

Mehdi Idrissi / Inspirations ECO

(function(d, s, id){ var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return ; js = d.createElement(s); js.id = identifiant; js.src = “//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v3.2”; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le Maroc soutient pleinement les initiatives visant à établir un cyberespace sûr, sécurisé et résilient (M. Loudiyi) – .
NEXT Le Maroc accélère la mise en œuvre de plusieurs projets gaziers, affirme Leïla Benali