Belbachir Larbi sort une nouvelle édition en 2 volumes de son livre « La douane aux frontières numériques »

Belbachir Larbi sort une nouvelle édition en 2 volumes de son livre « La douane aux frontières numériques »
Belbachir Larbi sort une nouvelle édition en 2 volumes de son livre « La douane aux frontières numériques »
14

En 2024, un siècle plus tard, dans un monde globalisé, les mouvements transfrontaliers de personnes, de biens et de capitaux sont devenus exponentiels. Cela a modifié l’échelle de temps du douanier qui, aujourd’hui, ne peut plus fonctionner de la même manière. Avec des milliers de positions tarifaires et des millions de tonnes de marchandises circulant par voie maritime, terrestre et aérienne, il dispose de quelques minutes, voire secondes, pour agir la plupart du temps derrière un écran. Les façons de penser et d’agir sont alors complètement bouleversées.

C’est là qu’intervient la technologie avec des solutions qui tentent d’apprivoiser la complexité technique du métier et de lutter contre la malveillance des fraudeurs. Cette dernière qui menace grandement les intérêts économiques, financiers et sécuritaires des États.

Avec l’avènement de l’intelligence artificielle, de la blockchain ou encore du big data, la technologie doit pouvoir apporter des solutions viables pour améliorer la qualité du service public rendu à la collectivité. Conçu à l’origine pour optimiser la gestion des opérations douanières, il risque également de devenir l’instrument, l’organe et l’objet d’infractions douanières.

De son côté, la profession doit se renouveler dans ses codes, ses dispositions, ses pratiques et ses approches, avec pour objectif de concilier l’impératif de fluidité d’une frontière et l’exigence de régulation des échanges, qui se développent extraordinairement.

Et le droit doit pouvoir s’adapter à son temps et s’adapter plus rapidement pour mieux assurer l’encadrement des échanges transfrontaliers et offrir les garanties juridiques nécessaires à l’exercice des missions douanières. Ces réalités multiples appellent une véritable refonte pour donner aux douanes les moyens de relever le défi du numérique. Porté par des risques multiples, l’enjeu de l’adaptation des coutumes à ce nouveau contexte est à ce prix.

Expert en douane, Belbachir Larbi explore les réponses possibles à ces défis. Le premier volume de son ouvrage « La douane aux frontières numériques – Le numérique, instrument du crime » traite des délits informatiques tels que prévus et réprimés par le droit pénal douanier. Il s’agit de violations ou de cyberattaques menées sur les systèmes numériques des douanes à l’aide de procédés techniques. Cette première partie met en évidence les lacunes de la législation en la matière et propose des solutions. Il s’est toutefois limité aux seules incriminations et sanctions actuelles.

Son deuxième volume, intitulé « La douane aux frontières du numérique – Evolutions, risques et moyens d’action », approfondit le sujet : ne plus considérer le numérique comme victime d’actes de malveillance, mais l’interroger comme étant en même temps l’instrument et le corps du délit en douane. Car la situation numérique génère d’autres menaces, notamment les transactions électroniques transfrontalières dont le contrôle est éminemment plus complexe. ‎

Biographie

Larbi Belbachir a travaillé près de quarante ans dans les douanes marocaines. Major en 1973 de la promotion internationale de l’Ecole nationale des douanes françaises de Neuilly, il est successivement nommé à des postes de direction au niveau central et régional, après avoir dirigé plusieurs unités opérationnelles d’intervention. Il terminera sa carrière comme conseiller du directeur général des douanes, décoré de l’Ordre du mérite national de rang exceptionnel. Son expérience dans les domaines du renseignement douanier, de la lutte contre la fraude et le trafic illicite de stupéfiants a fait l’objet de la publication de l’ouvrage en deux volumes « La douane aux frontières numériques » et de plusieurs publications dans les médias africains et internationaux. ‎

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « La politique commerciale du Maroc ne se limite plus à attirer les délocalisations »
NEXT Le FMI anticipe pour la France un déficit public en 2027 « nettement supérieur » aux prévisions du gouvernement