acheter un bien avec son ancien crédit, cette idée qui pourrait relancer le marché

acheter un bien avec son ancien crédit, cette idée qui pourrait relancer le marché
Descriptive text here

Déposé par un membre de la majorité, un projet de loi visant à rendre possible la portabilité des prêts sera débattu à la rentrée de septembre.

Utiliser l’argent de la vente de son logement non pas pour rembourser son prêt en cours mais pour financer un nouvel achat, c’est le principe de la portabilité d’un prêt. Cela représente plusieurs dizaines de milliers d’euros d’économies potentielles, surtout lorsque les taux augmentent rapidement et fortement.

Comment ça fonctionne? Pour bien comprendre de quoi il s’agit, rappelons d’abord le déroulement classique d’une opération pour un propriétaire qui vend son bien pour en acheter un autre. Il utilise le produit de la vente de son premier logement pour rembourser par anticipation le crédit associé, puis il contracte un nouvel emprunt pour le nouveau bien.

Traditionnellement, l’emprunteur renonce à ses anciennes conditions d’emprunt et doit s’adapter aux nouvelles. Avec la portabilité, notre propriétaire récupérera le produit de sa vente uniquement pour financer l’autre achat, il continuera donc à rembourser le crédit lié au bien vendu et le cas échéant, il contractera un emprunt complémentaire pour financer le nouveau.

Maintenir les conditions d’emprunt de votre premier prêt

Ce deuxième crédit sera certes lié aux conditions actuelles, mais on aura forcément des montants bien inférieurs à ceux d’une opération classique.

Si le taux d’intérêt de votre premier prêt est inférieur aux taux actuels de votre nouvel achat, vous en bénéficierez forcément, sinon il faudra simplement ne pas exercer cette option.

En témoigne l’exemple du courtier Vousfinancer. Je suis propriétaire d’une maison qui vaut aujourd’hui 300 000 euros. Je souhaite le revendre pour en acheter un autre d’une valeur de 400 000 euros et il me reste encore 200 000 euros à rembourser avec un taux d’intérêt imbattable de 1% que j’ai obtenu en 2019.

Avec la portabilité, je conserverai ce prêt. Utiliser les 300 000 euros de la vente de ma maison pour acheter l’autre. Il ne me restera donc plus que 100 000 euros à emprunter dans les conditions actuelles.

Au final, mes deux prêts cumulés me coûteront moins de 45 000 euros d’intérêts.

Au contraire, en version traditionnelle, je rembourserai mon ancien prêt par anticipation puis en ouvrirai un nouveau, je devrai donc réemprunter 300 000 euros (car il me reste encore 100 000 euros de la vente après avoir remboursé mon ancien prêt ) dans les conditions actuelles, et compte tenu du montant, sur une période nécessairement plus longue et donc plus coûteuse.

Dans ce cas, le coût total de mes intérêts sur un seul nouveau prêt sera supérieur à 128 000 euros. En clair, la portabilité me ferait économiser 83 000 euros.

Permettre au marché de devenir plus fluide

Le gain lié à la portabilité pourrait convaincre de nombreux propriétaires de remettre sur le marché des logements qu’ils conservent aujourd’hui pour ne pas perdre leurs conditions d’emprunt à des taux très bas.

La portabilité pourrait donc apporter plus d’offres et de fluidité même si le marché du crédit reprend encore un peu de couleur avec la légère baisse des taux.

Selon Crédit Logement CSA, en avril, le nombre de prêts a augmenté de près de 70 % par rapport à décembre.

Soumis par un membre de la majorité, ce projet de loi sera débattu à la rentrée de septembre. Reste à voir la réaction des banques qui pourrait peser dans le débat car l’argent que vous pourriez gagner leur appartient. Ce sera donc serré.

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La Russie sanctionne UniCredit et Deutsche Bank
NEXT Le groupe Casino, en proie à de graves difficultés financières, a vendu 121 magasins à Auchan, Les Mousquetaires et Carrefour