Action collective lancée contre la SQDC

Action collective lancée contre la SQDC
Action collective lancée contre la SQDC

Un recours collectif a été intenté contre la Société québécoise du Cannabis (SQDC), qui est accusée de ne pas avoir fourni une description incluant les caractéristiques et les spécifications techniques des produits vendus en ligne, obligeant les consommateurs à faire des achats à l’aveugle.

• Lire aussi : Le premier café cannabis au Québec s’apprête à ouvrir ses portes à Montréal… sur ordonnance seulement

La demande de recours collectif, lancée au nom de Gabriel Bélanger, allègue que les produits de cannabis vendus en ligne et qui portent la mention « variété tournante » dans leur fiche descriptive ne sont pas conformes à la Loi sur la protection du consommateur.

Cette dernière prévoit que les consommateurs doivent avoir accès à une description comprenant les caractéristiques et spécifications techniques.

«En ne permettant pas de connaître la variété du produit lors de la commande, la SQDC oblige les consommateurs à faire des achats à l’aveugle», a déclaré le Groupe SGF (Conseillers juridiques et consultants en cannabis), qui espère que la Cour supérieure autorisera le recours collectif. action pour compléter toutes les étapes menant à un procès.

Le recours collectif est intenté au bénéfice de tous les individus ayant acheté du cannabis dans les catégories « fleur séchée » et « pré-roulé » dont la variété affichée sur le site Internet de la SQDC est « variété tournante » depuis le 17 octobre 2018.

« La SQDC, une société d’État, nous semble violer sa propre Loi sur la protection du consommateur et il nous semble anormal que les consommateurs de cannabis au Québec soient obligés de faire des achats à l’aveugle alors qu’ils achètent du cannabis sur le seul site légal de vente de cannabis. dans la province », a déclaré Me Maxime Guérin, avocat du Groupe SGF.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une deuxième édition réussie à Abidjan – Aujourd’hui le Maroc – .
NEXT Le groupe Casino, en proie à de graves difficultés financières, a vendu 121 magasins à Auchan, Les Mousquetaires et Carrefour