Raiffeisen abandonne un accord controversé

Raiffeisen abandonne un accord controversé
Descriptive text here

La banque autrichienne Raiffeisenbank (RBI) a annoncé mercredi avoir abandonné son projet complexe impliquant l’oligarque russe Oleg Deripaska, visé par les sanctions occidentales, pour récupérer des avoirs gelés en Russie, face aux réticences notamment des Etats-Unis.

“La banque a décidé d’abandonner la transaction par mesure de précaution”, a indiqué RBI dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion de son conseil d’administration, expliquant “ne pas avoir obtenu le soutien nécessaire lors des récents entretiens avec les autorités compétentes”.

Il y a plus d’un an, elle a annoncé vouloir « vendre ou scinder » sa filiale russe. Puis en décembre, elle a annoncé vouloir racheter les actions de l’entreprise de construction autrichienne Strabag à une entité contrôlée à l’époque par Oleg Deripaska et revendue depuis.

Toujours actif en Russie

La filiale russe de RBI devait acquérir ces actions pour une valeur de plus d’un milliard d’euros puis rapatrier les actifs à la maison mère en Autriche sous forme de dividendes en nature.

L’opération a été perçue négativement par le Trésor américain, dont un haut responsable s’est rendu à Vienne en mars.

La semaine dernière, le PDG de la RBI, Johann Strobl, a déclaré que le projet serait annulé s’il y avait « un risque de sanctions ou d’autres conséquences négatives de la part de l’une des autorités concernées ».

Plus de deux ans après l’invasion de l’Ukraine, Raiffeisen reste la plus grande banque occidentale opérant en Russie, malgré les appels de la Banque centrale européenne (BCE) à quitter le pays, invoquant un risque incontrôlable.

Raiffeisen y est présente depuis 1996 et y emploie plus de 9.000 personnes, selon son rapport financier 2023.

Elle affirme y réduire progressivement ses activités, dont la poursuite a été dénoncée en 2022 par le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

/ATS

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le « miel fou » à deux visages
NEXT activité en baisse au 1er trimestre