malgré la crise du diamant, l’industrie de la joaillerie est confiante

malgré la crise du diamant, l’industrie de la joaillerie est confiante
Descriptive text here

Pour Ronny Totah, co-fondateur et co-organisateur du salon, cette période plus difficile pour les diamants n’est pas forcément liée au renforcement des diamants synthétiques sur le marché.

Le salon dédié à la haute joaillerie GemGenève, qui rassemble plus de 230 exposants sur quatre jours à Palexpo, ouvrira ses portes au public jeudi à Palexpo. Lors de la présentation à la presse mercredi de ce 8ème édition, les organisateurs ont noté que le secteur a continué à croître, malgré la crise qui touche le diamant.

“Notre secteur se porte bien, malgré quelques petits nuages ​​à l’horizon”, a déclaré à AWP Thomas Faerber, co-fondateur et co-organisateur du salon avec Ronny Totah.

« Les diamants traversent une période difficile, mais c’est cyclique et normal car c’est un secteur très volatil. Cela s’est déjà produit dans les années 80 », explique-t-il.

«Les pierres précieuses colorées, en revanche, se portent très bien, notamment sur les segments supérieurs du marché», note Ronny Totah. « Le marché est également très positif pour la joaillerie », ajoute-t-il.

Pour le spécialiste de la joaillerie, cette période plus difficile pour les diamants n’est pas forcément liée au renforcement des diamants synthétiques sur le marché, qui peuvent se vendre jusqu’à 99% moins cher que les diamants naturels. « Pour une pierre naturelle, on parle de couleur et de pureté, alors que pour un diamant synthétique, tout cela n’a aucun sens », souligne-t-il.

Ainsi, les marchands de pierres ou les professionnels de la bijouterie qui souhaiteraient les vendre sur leur stand « ne sont pas les bienvenus », précise M. Totah.

Le salon rassemble cette année 234 exposants, un nombre en hausse, qui représentent 21 pays. « Pas moins de 16 % d’entre eux étaient présents depuis le début de l’événement, un petit parmi les grands qui ont trouvé leur place », constate le joaillier.

Un événement « popu »

Les organisateurs mettent un point d’honneur à ce que le salon entretienne « un esprit familial et ne soit pas un salon commercial ». Selon eux, c’est une foire proche du public, même du « popu », ce qui n’est pas étouffant.

Outre les stands où les pierres et ornements exposés peuvent atteindre plusieurs millions de francs, GemGenève présente les métiers des artisans du secteur ainsi que les nouvelles générations de créateurs. « Nous voulons attirer les jeunes et susciter des vocations. Cela me fait bien plus plaisir d’intéresser un jeune au secteur que de vendre», assure M. Totah, qui espère que son événement attirera cette année plus de visiteurs que les 6 500 entrées enregistrées l’an dernier.

Au premier trimestre de cette année, les exportations suisses de bijoux ont chuté de 3,8%, tandis que les importations ont continué à augmenter avec un pic notable en janvier, selon les dernières données de l’Office fédéral des douanes. et la sécurité des frontières (OFDF).

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ce projet d’usine de batteries « XXL » électrise les débats
NEXT Enquête terminée au Luxembourg après l’énorme scandale financier