Questions autour du projet de data center à Tétouan annoncé par Iozera

Questions autour du projet de data center à Tétouan annoncé par Iozera
Questions autour du projet de data center à Tétouan annoncé par Iozera

La start-up technologique américaine Iozera, le gouvernement marocain, a attiré l’attention en annonçant un protocole d’accord pour la construction d’un centre de données massif, innovant et respectueux de l’environnement à Tétouan, dans le nord du Maroc.

Cette initiative vise à révolutionner le secteur de l’intelligence artificielle, en rendant les ressources informatiques avancées plus accessibles. Ce partenariat stratégique vise à démocratiser l’accès aux traitements basés sur GPU pour les chercheurs, startups et entreprises, tant aux Etats-Unis qu’au Maroc et plus généralement, dans le monde. Une caractéristique essentielle de ce projet est son engagement en faveur du développement durable, y compris l’utilisation des ressources énergétiques renouvelables du Maroc pour alimenter le centre de données.

Prévue le 8 mai 2024 à la Capital Factory d’Austin (Texas), la signature du protocole d’accord aura lieu en présence de Mohcine Jazouli, Ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des politiques publiques, et de Ghita Mezzour, Ministre délégué chargé de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration, ainsi que d’autres représentants du gouvernement marocain et de l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE).

Cependant, certaines questions demeurent quant à l’ampleur du projet. En effet, l’annonce d’un data center de 386 MW suscite des doutes, notamment en raison du manque d’informations disponibles sur Iozera en ligne. Une capacité de cette ampleur, équivalente à trois fois celle installée à Madrid, presque autant qu’à Paris, semble disproportionnée pour une entreprise de création récente, sans historique de projets similaires. Le montant d’investissement annoncé à 500 millions de dollars (plus de 5 milliards de dirhams) n’est pas sans rappeler le mirage Soluna qui annonçait la construction d’un data center et d’un parc éolien à Dakhla en 2018.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « L’artichaut, ce légume charnu, est de moins en moins présent dans nos menus »
NEXT vos conversations espionnées