« bas carbone », le parent pauvre du financement bancaire français, selon une ONG

« bas carbone », le parent pauvre du financement bancaire français, selon une ONG
« bas carbone », le parent pauvre du financement bancaire français, selon une ONG

L’ONG de défense de l’environnement Reclaim Finance a affirmé lundi que seulement 17,3% des financements accordés par quatre grandes banques françaises (BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale et BPCE) aux majors pétrolières européennes entre 2020 et 2023 financent des projets. “faible teneur en carbone”. Les grandes banques françaises « prétendent soutenir la transition quand ils financent les majors pétrolières et gazières. La réalité est tout autre : l’écrasante majorité de leurs financements pour TotalEnergies et d’autres grands énergéticiens va à leurs activités fossiles.estime Lucie Pinson, fondatrice et directrice de Reclaim Finance, citée dans un communiqué.

L’ONG s’appuie sur les données de l’agence financière Bloomberg et sur le rapport Banking on Climate Chaos qui sera publié le 13 mai. Elle trouve 7,1 milliards de dollars de financements dédiés aux activités. “faible teneur en carbone” de BP, Eni, Equinor, Repsol et TotalEnergies sur les quatre dernières années, contre 34,2 milliards de dollars de financements pour leurs activités fossiles, principalement chez BNP Paribas et Crédit Agricole. Sollicitée par l’AFP, BNP Paribas juge les données “incomplet” et fait valoir qu’ils ne reflètent pas sa politique de financement actuelle. Le Crédit Agricole, de son côté, identifie « interprétations erronées » et souligne le manque de projets finançables.

Lire aussi« On émet soixante fois plus de carbone en faisant une requête sur ChatGPT que sur Google »

« Des objectifs ambitieux »

société Générale « tient à souligner que la banque a fixé des objectifs ambitieux de décarbonation pour le secteur pétrolier et gazier dans sa feuille de route stratégique » alors que BPCE n’a pas souhaité faire de commentaires. L’argument du soutien à la transition des géants pétroliers et gaziers est régulièrement avancé par les banques pour continuer à travailler avec eux. Reclaim Finance appelle également une nouvelle fois les banques à « arrêter tout soutien non ciblé à ces entreprises tant qu’elles développent de nouveaux projets d’énergies fossiles ».

« Seuls les financements destinés à des projets « bas carbone » peuvent être justifiés et garantir l’absence de soutien à l’expansion des énergies fossiles », souligne Lucie Pinson. LE “faible teneur en carbone” est défini dans l’étude comme « l’ensemble des activités non fossiles de l’entreprise, cette définition large inclut les énergies durables (solaire, éolien) mais aussi les activités nuisibles à l’environnement comme les bioénergies ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Nigeria. Shell doit être tenue pleinement responsable des violations des droits humains avant d’être autorisée à vendre ses opérations dans le delta du Niger
NEXT Le scandale des 70 millions de dollars et le lithium débarque en RDC