« La décarbonation des bâtiments va nous occuper pendant trente ans »

« La décarbonation des bâtiments va nous occuper pendant trente ans »
« La décarbonation des bâtiments va nous occuper pendant trente ans »

Le directeur général de Saint-Gobain, invité de Esprit d’entreprise »sur Le Figaro TV, estime que la situation du chantier reste difficile mais que le pire est derrière nous « .

Saint-Gobain résiste au déficit de construction. La situation économique reste difficile, avec un contraste entre la contraction marquée des nouvelles constructions en Europe et une bonne croissance dans des régions comme l’Amérique du Nord et l’Asie.a affirmé Benoît Bazin, le directeur général du géant mondial des matériaux et produits pour la construction sur le plateau d’« Esprit d’entreprise », l’émission économique de la chaîne Le Figaro TV. Toutefois, nous pensons que le pire est derrière nous, avec des signes encourageants comme la reprise des prêts immobiliers depuis le début de l’année. » En tant qu’industriel, le doyen du CAC 40, né il y a quatre siècles, doit cependant encore jongler avec la volatilité des prix de l’énergie. On s’est bien amusés ces derniers mois : les coûts de l’énergie ont diminué d’environ 20 % % à 30 % par rapport aux deux dernières années », précise Benoît Bazin. Face à la hausse des tarifs envisagée par EDF, qui pourrait à l’avenir vendre son électricité à 70 euros le MWh au lieu de 42 euros ces dernières années, le gérant espère trouver un équilibre pour que l’industrie en France reste compétitive ». Nous venons d’entamer des discussions avec EDF, avec un besoin de visibilité, notamment à travers des contrats à long terme. »

Ces cinq dernières années, Saint-Gobain a réalisé 10 milliards d’euros d’acquisitions pour se développer à l’international et dans la chimie du bâtiment, devenue un axe de développement fort. Cette spécialité couvre les éléments et additifs qui permettent par exemple de décarboner le béton et le ciment, alors que la construction représente près de 40 % des émissions de CO2 sur la planète »se souvient Benoît Bazin, à la tête de 160 000 collaborateurs répartis dans soixante-seize pays.

« Plan de logement Marshall »

Quant à la rénovation énergétique des bâtiments en France, le principal dispositif d’aide publique aux particuliers MaPrimeRénov’, dont le budget a été récemment réduit d’un milliard d’euros par Bercy, a connu quelques ratés. La décarbonation des bâtiments est un sujet très vaste qui va nous occuper pendant trente ans. C’est normal qu’au démarrage il y ait quelques ajustements, estime Benoit Bazin, qui salue un dispositif ambitieux. Ces mécanismes doit cependant être rendu plus visible et plus simple pour les ménages. » A partir du 15 mai, MaPrimeRénov’ pourra également financer un « monogeste » (isoler une fenêtre par exemple) et non plus seulement une rénovation complète de l’habitation. La transition écologique doit être socialement juste, pour que les ménages les plus modestes ne soient pas étouffés »renchérit Benoît Bazin, qui défend l’idée d’un grand plan de logement Marshall » pour éradiquer les 5 millions de passoires thermiques en France. Et, ce faisant, pallier à la pénurie de locations dans le pays.

Face au problème de la désindustrialisation, Benoît Bazin plaide pour un cadre français compétitif en termes de coût du travail et de fiscalité, d’infrastructures, d’énergie et d’éducation pour former les plus jeunes ». Il recommande également remettre les mathématiques et l’enseignement scientifique au premier plan ». A ses yeux, l’industrie est essentielle à notre démocratie, car elle est un ascenseur social qui fait de la classe moyenne d’un pays ». L’Europe en fait-elle assez pour défendre ses entreprises contre les puissances mondiales ? Nous pourrions faire bien plus pour nous protéger contre les États-Unis et la Chine, en appliquant les règles de réciprocité.estime Benoît Bazin. Il faut changer un certain nombre de modes de décision relativement technocratiques : par exemple, il n’est pas nécessaire de mener quatre années d’enquête pour s’assurer que, lorsqu’il y a antidumping, des mesures sont prises. Les Américains le font en trois mois… » Le leader est favorable à la mise en place de mécanismes européens plus ouvert et pragmatique pour avoir une industrie souveraine ».

A l’approche des Jeux Olympiques de Paris 2024, dont il est partenaire officiel, Saint-Gobain entend enfin mettre ses technologies au service du Village olympique dans la construction de façades, de vitrages ou encore de cloisons amovibles. Le groupe sponsorise également sept athlètes olympiques et paralympiques, avec à leur tête l’ancien champion olympique de handball, Luc Abalo.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « La croissance belge est alimentée par la dette »
NEXT Qui sont-ils ? En 2023, 5 millions de Français trouveront un emploi sur le « marché invisible »