entre déclin et stabilité, la distribution alimentaire à grande échelle en restructuration, selon l’IEDOM

Depuis fin 2019, le secteur de la grande distribution alimentaire est en pleine restructuration à La Réunionnote l’IEDOM : « Le groupe E. Leclerc Réunion a ouvert trois hypermarchés : le premier (Les Terrasses) à Saint-Joseph en 2019, le deuxième (La Réserve) à Sainte-Marie en 2020 et le troisième (La Caserne, ex-Géant) à Saint-Pierre. en 2021. Le groupe Système U a également ouvert trois supermarchés : le premier à Éperon en 2019, les deux autres à La Plaine-des-Palmistes et à Saint-Joseph en 2020. « . Cela augmente les capacités globales du secteur et accroît la concurrence dans les zones géographiques les mieux dotées en ressources. Par ailleurs, la grande distribution a connu des changements actionnariaux importants sur la période.

Entre 2019 et 2022, le chiffre d’affaires du secteur a augmenté de 2,3% par an (voir graphique ci-dessous), soit une activité moins soutenue que l’ensemble de l’économie (+3,8%).Dans le détail, la GSA (grands magasins d’alimentation, ndlr) vont à contre-courant des autres secteurs. En 2020, leur chiffre d’affaires a augmenté de 4,4% en moyenne par rapport à l’année précédente, tandis que celui des autres secteurs s’est contracté de 3,7%. La distribution alimentaire à grande échelle est considérée comme une activité essentielle et reste moins impactée par les restrictions d’ouverture », souligne l’IEDOM.

La combinaison de la réorganisation des points de vente et du retour de l’inflation entraîne des résultats en baisse pour le secteur. La baisse de la valeur ajoutée (-3,8%) s’explique notamment par les coûts des opérations de rachat et de changements de marque. ” En effet, ces transformations ont entraîné des coûts supplémentaires en termes de changement de marque, de réapprovisionnement des rayons, de logistique, d’entreposage, de sécurité, d’études, etc. Ceux-ci contribuent à l’augmentation des charges externes : +6,1% par an entre 2019 et 2022. », précise l’IEDOM.

L’organisation confirme la baisse des résultats opérationnels du secteur sur la base de l’examen des ratios financiers individuels des entreprises GSA. ” La performance commerciale de la grande distribution alimentaire à La Réunion s’érode progressivement de 2019 à 2022. En effet, la moitié des GSA du département affichent un taux de marge commerciale (c’est-à-dire le rapport entre la marge commerciale et le prix de vente) supérieur à 20,5% en 2022 alors que ce taux médian était de 22,0% en 2019 « . La dégradation est également due aux coûts des travaux de développement accompagnant la réorganisation des marques ainsi qu’à l’augmentation des frais de personnel.

Paradoxalement, malgré la baisse de performance des GSA réunionnaises, elles sont plus rentables qu’en France métropolitaine.. En 2022, la moitié des GSA françaises enregistreront un taux de marge commerciale supérieur à 19,4%, soit 1,1 point de moins qu’à La Réunion. Sur l’île, la rentabilité opérationnelle est plus élevée, du fait de la baisse des coûts de personnel. La part de la rémunération du personnel dans la richesse créée est ainsi de 62 % à La Réunion (médiane) en 2022 contre 74,2 % en France, du fait de l’externalisation de certaines tâches et des dispositifs de défiscalisation. charges. Au final, la moitié des GSA réunionnaises ont un taux d’excédent brut d’exploitation (poids de cet excédent dans leur chiffre d’affaires) supérieur à 4 % contre 2,4 % en France métropolitaine.

Malgré une rentabilité opérationnelle en baisse, les GSA réunionnaises disposent toujours d’une assise financière solide : la moitié d’entre elles détiennent des fonds propres représentant 40 % de leur bilan, contre 35 % en France métropolitaine. Ce niveau s’est renforcé entre 2020 et 2022 grâce à la réduction du bilan avec un taux d’endettement plus faible (-4,4 points) », conclut l’IEDOM.

MP

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les salariés de l’aéroport de Paris appelés à la grève mardi
NEXT Le groupe Casino, en proie à de graves difficultés financières, a vendu 121 magasins à Auchan, Les Mousquetaires et Carrefour