Bell a dû payer plus de 230 millions d’indemnités de départ au premier trimestre

Bell a dû payer plus de 230 millions d’indemnités de départ au premier trimestre
Bell a dû payer plus de 230 millions d’indemnités de départ au premier trimestre

(Montréal) Bell Canada Entreprises (BCE) a dû verser plus de 230 millions en indemnités de départ au cours de son premier trimestre de l’exercice 2024, soit plus que pour l’ensemble de son exercice 2023, à la suite de sa réduction d’effectif annoncée cet hiver.

Matthieu Paquette

La Presse Canadienne

La plus grande entreprise de communications du Canada a déclaré jeudi que ses coûts d’indemnités de départ avaient atteint 234 millions de dollars au premier trimestre. A titre de comparaison, ces coûts étaient de 29 millions pour la même période un an plus tôt, et de 134 millions pour l’ensemble de l’exercice 2023.

En février, BCE a annoncé la suppression de 4 800 emplois, soit 9 % de son effectif, y compris des journalistes et autres travailleurs de sa filiale Bell Média, dans le cadre de sa « plus grande initiative de restructuration de la main-d’œuvre depuis près de 30 ans ».

Une fois cette restructuration achevée, BCE s’attend à ce que les réductions d’effectifs permettent d’économiser de 150 à 200 millions par an en 2024. À terme, les indemnités de départ liées à cette opération pourraient s’élever à environ 400 millions.

Pour justifier ces réductions d’effectifs, l’entreprise a invoqué des politiques et des décisions réglementaires de plus en plus défavorables du gouvernement fédéral, une économie marquée par des taux d’intérêt élevés et une inflation persistante, ainsi que l’intensification de la concurrence.

Selon l’entreprise, la hausse des coûts liés aux indemnités de départ a également eu un impact sur ses bénéfices au premier trimestre, qui ont chuté de 42% d’une année sur l’autre.

La société a déclaré un bénéfice net de 457 millions pour son trimestre clos le 31 mars, en baisse de 42,0 % par rapport aux 788 millions déclarés pour la même période de l’année dernière.

Les revenus de l’entreprise ont également diminué, passant de 6,054 milliards de dollars au premier trimestre 2023 à 6,011 milliards de dollars un an plus tard.

Dans un communiqué, le président et chef de la direction de BCE, Mirko Bibic, s’est tout de même réjoui de constater que le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (EBITDA) a augmenté de 1,1 % en un an, pour atteindre 2,565 milliards au cours du plus récent trimestre.

Selon lui, les résultats publiés jeudi «reflètent la capacité continue de l’équipe Bell à naviguer dans un environnement de concurrence accrue».

Chez Bell Communications et Services technologiques, les revenus ont atteint 5,375 milliards $, en hausse de 0,1 %. Entre autres choses, Bell a ajouté 31 078 nouveaux abonnés nets à ses services Internet, en hausse de 13,9 % d’une année à l’autre, son meilleur résultat à cet égard en un trimestre depuis 2007.

De son côté, Bell Média a vu ses revenus diminuer de 7,1 % d’une année sur l’autre, à 725 millions $, en raison d’une baisse des revenus d’abonnement.

Ses revenus publicitaires ont augmenté de 1,6% grâce à la diffusion du Super Bowl LVIII et à la demande de publicité numérique, radiophonique et extérieure.

Cette hausse a été compensée par la faible demande des annonceurs dans le secteur de la télévision traditionnelle, que l’entreprise attribue à des conditions économiques défavorables et au report de certains contenus scénarisés à la suite de la grève des écrivains d’Hollywood survenue l’année dernière.

Société dans ce rapport : (TSX : BCE)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV RÉSULTAT DES VOTES DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 16 MAI 2024 – .
NEXT nos premières impressions du gigantesque pick-up électrique