Aux Etats-Unis, les taux de la Fed inchangés mais destinés à rester longtemps à un niveau élevé

Aux Etats-Unis, les taux de la Fed inchangés mais destinés à rester longtemps à un niveau élevé
Descriptive text here
>>
Le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, à Washington, le 1er mai 2024. CHIP SOMODEVILLA / AFP

Ne pas jouer en Bourse les jours où la Réserve fédérale américaine (Fed) intervient : tel est l’adage de Wall Street, et c’est particulièrement vrai sous la présidence de Jerome Powell. Le banquier central a pour habitude de trébucher et de contredire les communiqués de sa propre institution en faisant faire le yo-yo des marchés financiers.

Ce mercredi 1euh May n’a pas échappé à la règle, même si le président de la Fed n’a pas commis d’erreur et a tenté, lors de sa conférence de presse, de protéger la Bourse du pire, repoussant le scénario catastrophe d’une nouvelle hausse des taux : “Je pense qu’il est peu probable que la prochaine évolution des taux directeurs soit une hausse”» a-t-il déclaré, faisant s’envoler les indices de Wall Street au cours de la séance – de 1,2% pour le S&P 500 et de 1,7% pour le Nasdaq, riche en valeurs technologiques.

Or, comme chacun le sait, l’inflation aux Etats-Unis résiste (toujours + 3,5% sur douze mois en mars sur un an), et l’heure n’est donc plus à une baisse rapide des taux, la Fed l’actualisant toujours. en décembre 2023, prévoyant alors au moins trois réductions du coût de l’argent en 2024. “Nous ne pensons pas qu’il sera approprié de réduire les taux tant que nous n’aurons pas la certitude que l’inflation évolue durablement vers 2 %.”, a prévenu M. Powell. Il a annoncé qu’il laisserait inchangés comme prévu les taux de l’institution monétaire – ils sont au plus haut depuis plus de vingt ans, entre 5,25% et 5,5% –, déplorant que les récentes statistiques aient été « au-dessus des attentes » sur le front de la hausse des prix et notant “manque de progrès” récente dans ce domaine. « Il faudra probablement plus de temps que prévu pour acquérir une telle confiance. » a ajouté le banquier central.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Aux Etats-Unis, l’inflation s’accroche

Ajouter à vos sélections

En conséquence, lentement mais sûrement, Wall Street a baissé, sachant que les taux étaient fixés au-dessus de 5,25 % probablement pour longtemps. L’indice S&P 500 et le Nasdaq ont ensuite plongé, terminant tous deux la séance de mercredi en baisse d’environ 0,33 %. «Voici la hausse du marché qui s’est effondrée», ricana le commerçant Mark Minervini. Depuis le début de l’année, les taux d’intérêt à dix ans – le rendement des obligations d’État – ont fortement augmenté, passant de 3,93% à 4,63% mercredi.

Tout au long de sa conférence, Jerome Powell a insisté sur le fait que la politique monétaire était “contraignant”, que le marché du travail avait « refroidi », avec la baisse des démissions et des offres d’emploi, et il a ajouté : « Nous pensons qu’avec le temps, cela deviendra suffisamment restrictif. Ce sera une question à laquelle les données devront répondre. Mais « 3 % n’est pas un chiffre dont nous pouvons nous satisfaire. Nous ramènerons donc l’inflation à 2 % au fil du temps. »a-t-il précisé.

Il vous reste 58,19% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV baisse du chiffre d’affaires au premier trimestre, confirmation des perspectives pour l’année 24
NEXT Début d’année difficile pour Oerlikon