Une Suissesse se retrouve dans des draps sales, tachés de sperme

Une Suissesse se retrouve dans des draps sales, tachés de sperme
Descriptive text here

Ce qui était censé être une aventure s’est immédiatement transformé en cauchemar. Partie pour un voyage d’études de trois mois à Montréal au Canada, une Suissesse de 32 ans a eu une bien désagréable surprise en arrivant là-bas le week-end de Pâques. Le logement qu’elle avait réservé via la plateforme Booking.com, pour 4 300 euros tout de même, était dans un état déplorable : le canapé était sale, la cuisine était crasseuse et tout l’appartement sentait fortement le gaz. Cerise sur le gâteau, les draps et les oreillers étaient entourés de taches blanchâtres, que la Suissesse croit être du sperme.

Sans tarder, elle a tenté à plusieurs reprises de contacter le propriétaire et Booking.com. Personne ne lui a répondu, et encore moins lui a proposé une solution. Huit heures plus tard, fatiguée de se battre, elle a fini par louer une chambre sur Airbnb. Si, dès lors, son séjour prit une tournure moins désagréable, la Suissesse n’était pas au bout de ses peines. Ses tentatives pour obtenir le remboursement des 4 300 euros déjà versés sont restées vaines.

Dégoûtée, au sens propre comme au sens figuré, elle a demandé de l’aide à l’émission « Urlaubsretter » (Sauveteurs de vacances) de RTL. Booking.com lui a alors proposé un remboursement partiel de 2.072 euros qui n’a convaincu que partiellement la Suissesse qui se sentait malgré tout abandonnée à son sort peu enviable par la plateforme.

Cette dernière assure qu’elle poursuivra son enquête sur cette affaire, afin qu’une telle situation ne se reproduise plus. Quant à la Suissesse, elle a porté plainte auprès de la justice canadienne contre le propriétaire du logement.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un retard dans les réductions de la Fed pourrait également ralentir la BCE, selon Wunsch
NEXT Le groupe Casino, en proie à de graves difficultés financières, a vendu 121 magasins à Auchan, Les Mousquetaires et Carrefour