Gifi en difficulté à cause d’une migration informatique douloureuse

Gifi en difficulté à cause d’une migration informatique douloureuse
Gifi en difficulté à cause d’une migration informatique douloureuse

Le géant français de la décoration et des objets à petit prix connaît un ralentissement de son activité et cherche à renégocier sa dette avec le soutien de Bercy.

Une success story qui se produit ? L’activité de Gifi, le géant français de la décoration low-cost (600 points de vente, 6.800 salariés, 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier) est désormais au ralenti.

En cause, une migration informatique très douloureuse en juin dernier vers un nouvel outil ERP : un type de logiciel utilisé pour gérer les activités quotidiennes des entreprises comme la comptabilité, les achats, etc.

Cette migration complexe a entraîné des pertes de chiffre d’affaires dues notamment à des produits manquants ou mal livrés aux magasins.

L’information révélée par Le Monde a été confirmée par un porte-parole du groupe à BFM Business.

Problèmes structurels et sanctions

La difficile intégration du nouveau système a posé de nombreux problèmes structurels internes (difficultés de suivi des résultats, des stocks et des approvisionnements) et impacté le chiffre d’affaires des magasins au second semestre 2023, explique-t-on. La trésorerie a également été affectée.

Ces problèmes d’intégration sont en passe d’être résolus, assure-t-on néanmoins du côté de la marque qui réfléchit à la possibilité d’exiger des pénalités à son fournisseur.

L’ampleur des conséquences est loin d’être anodine puisque Gifi a contacté le comité interministériel de restructuration industrielle, une entité de Bercy. Il s’agit d’obtenir le soutien de l’État dans les discussions en cours avec les banques pour restructurer sa dette, dont une partie est garantie par l’État.

Dans un mail, Philippe Ginestet, le fondateur et patron de Gifi, se veut néanmoins rassurant.

“Gifi est une entreprise résiliente qui a toujours été rentable et a surmonté toutes les crises successives de notre pays depuis les années Covid. 2023 aura été une année charnière pour la marque : nous avons profité des challenges occasionnés par la mise en place complexe d’un nouvel ERP pour relancer une nouvelle dynamique pour le Groupe. Même si nous attendons toujours le versement d’indemnisations importantes de la part de nos assureurs liées au covid, nous sommes plus que jamais la première enseigne d’achats malins en France”, explique-t-il.

Plan d’action

Le distributeur met également en avant la bonne santé du secteur discount avec une croissance de 10% en 2023 (selon Xerfi). Cependant, si le gâteau s’agrandit, la concurrence s’accentue avec des acteurs puissants comme Action, Normal ou Noz prenant des parts de marché significatives.

Mais Gifi met en avant un nouveau plan de conquête. “Nous allons encore renforcer (notre offre, NDLR) avec un réseau complémentaire en Ile-de-France de 16 magasins et de nouvelles gammes de produits”, ajoute Philippe Ginestet.

Le groupe compte aussi être encore plus agressif sur les prix (ses fournisseurs devront faire des efforts), et ouvrir davantage de magasins en centre-ville. Dès la fin du premier trimestre, 16 magasins Bricolex passeront sous pavillon Gifi à Paris et sa proche banlieue.

Enfin, Gifi souhaite renforcer sa présence à l’international, elle est déjà présente dans 15 pays.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Affaires

Les plus lus

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV l’investissement de 2,5 milliards $ de la Caisse dans la zone franche de Jebel Ali critiqué
NEXT Tesla, les résultats contrastés de l’industrie