La production théâtrale « Négatif Zéro » remporte le grand prix – Aujourd’hui le Maroc – .

La production théâtrale « Négatif Zéro » remporte le grand prix – Aujourd’hui le Maroc – .
La production théâtrale « Négatif Zéro » remporte le grand prix – Aujourd’hui le Maroc – .

Il a attiré un public diversifié estimé à 3 000 spectateurs

La 36ème édition du Festival International de Théâtre Universitaire de Casablanca (FITUC) a pris fin dimanche soir au complexe culturel Moulay Rachid avec la remise de divers prix aux troupes lauréates.

Les productions théâtrales qui ont remporté les différents prix du Festival international universitaire de théâtre de Casablanca sont désormais connues. Ainsi, le grand prix du festival a été décerné à la pièce « Négatif Zéro » de la troupe égyptienne de l’Université Ain Chams, dirigée par Islam Khalid. « Cette pièce a réveillé Einstein et Khouazrami lors de cette édition sur le thème « Théâtre et folie ». Elle a exploré le problème de l’existence et de la morale à travers le prisme de la physique et des sciences naturelles, découvrant avec brio une puce capable de réguler les émotions, l’éthique et le moral de l’homme, ce qui a suscité de nombreux débats lors de sa phase secrète, le refus initial étant que l’homme devienne un rat de laboratoire », expliquent les organisateurs.

Quant au prix de la scénographie, il a été remporté par l’Université Ain Shams d’Egypte, pour sa production théâtrale « Zero Room », le prix de la meilleure actrice a été décerné à l’Indonésienne Arfiziatu Rahmi, pour la production théâtrale « Permanent Silence of the Universe » et à l’actrice Emi pour sa production théâtrale « Risque », le prix du meilleur acteur (ex aequo) a été décerné aux Egyptiens Chaher et Mahmoud Tawfik, pour leur production « Negative Zero ». Quant au prix de la meilleure mise en scène, il a été décerné à la Coréenne Hannah Kim pour sa production théâtrale « Aeon, Madness of Love ».

Pour rappel, la 36ème édition du Festival international universitaire de théâtre de Casablanca a été placée sous le thème « Théâtre et folie ». « Ce slogan a été choisi pour célébrer cette édition, évoquant un service de l’hôpital Ibn Rochd et son pendant dans l’imaginaire casablancais, du nom de ses invités issus des catégories traitant des problèmes psychologiques et mentaux », soulignent les organisateurs. Le festival a présenté des performances théâtrales d’équipes universitaires internationales et marocaines, impliquant environ 130 étudiants, et organisé une table ronde explorant la relation dialectique entre théâtre et folie, avec la participation de 10 personnalités du monde de la pensée, de la recherche universitaire, du théâtre et des praticiens de la psychiatrie, du Maroc et de l’étranger.

Selon les initiateurs, le festival a attiré un public diversifié estimé à 3.000 spectateurs, incluant les festivaliers et le grand public. Les représentations théâtrales et les activités du festival ont été réparties sur une large zone géographique à travers Casablanca et ses environs. « Cette édition a vu une ouverture à Ben Slimane et El Jadida, avec l’inclusion pour la première fois d’une prison locale, Ain Sebaa 1, où une représentation théâtrale a été présentée à ses détenus ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Dix bons thrillers de poche pour l’été – .
NEXT 50 films américains qui ont changé notre vision du monde – .