Les lecteurs de Ouest-France découvrent les coulisses de la Fête du bruit, à Saint-Nolff – .

Les lecteurs de Ouest-France découvrent les coulisses de la Fête du bruit, à Saint-Nolff – .
Les lecteurs de Ouest-France découvrent les coulisses de la Fête du bruit, à Saint-Nolff – .

Découvrez les coulisses de la Fête du bruit 2024 : c’est ce que raconte le journal Ouest de la France proposé, ce dimanche 7 juillet 2024, à Saint-Nolff (Morbihan) en fin d’après-midi, à une douzaine de privilégiés : les lecteurs lauréats du concours organisé dans le cadre d’un partenariat avec le festival.

Une dizaine de lecteurs ont pu découvrir les coulisses du festival. | OUEST-FRANCE
Voir en plein écran
Une dizaine de lecteurs ont pu découvrir les coulisses du festival. | OUEST-FRANCE

Mené par Clara Robin, bénévole chargée de communication à la Fête du bruit, le petit groupe a pu franchir les barrières et passer de l’autre côté.

« Le festival fonctionne grâce à 900 bénévoles et 150 salariés, dit le jeune guide du soir. Il faut dix jours pour monter la scène et trois jours pour la démonter.

Le festival met l’accent sur les produits locaux, tant au niveau des partenaires que des fruits et légumes. Quelque 35 associations, principalement du Vannois et du Finistère Nord, collaborent avec le festival, qui ne lésine pas sur l’écologie. « Grâce à une entreprise du Finistère Nord, les mégots de cigarettes sont collectés et recyclés. »

Une dizaine de lecteurs ont pu découvrir les coulisses du festival. | OUEST-FRANCE
Voir en plein écran
Une dizaine de lecteurs ont pu découvrir les coulisses du festival. | OUEST-FRANCE

Les lecteurs ont pu déambuler derrière la zone des bénévoles, devant les bus touristiques (« Il y en a cinq pour Shaka Ponk et ses 18 choristes, plus cinq ou six semi-remorques », Clara Robin dit. Puis, après avoir vu les boîtes (« 16 bungalows »), le groupe a pu s’approcher des « crash barriers », ces barrières derrière lesquelles journalistes et photographes viennent prendre en photo les artistes et le public.

” Très cool “, commente Marina, 24 ans, de Questembert. « C’est formidable de pouvoir voir ce qui se passe dans les coulisses. On ne peut pas imaginer tout le travail qui se fait en coulisses », raconte Yann, 56 ans, d’Inzinzac-Lochrist.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Big Sean aurait-il clashé Kendrick Lamar ? – .
NEXT Adriana Karembeu parle de son histoire d’amour avec le Maroc – .