Figéac. Le graphiste Pierre di Sciullo invité d’été au musée

Figéac. Le graphiste Pierre di Sciullo invité d’été au musée
Figéac. Le graphiste Pierre di Sciullo invité d’été au musée

Pierre di Sciullo, graphiste et auteur de la Façade aux 1000 lettres au Musée Champollion, expose cet été quelques-unes de ses œuvres. L’occasion pour les visiteurs de découvrir un artiste aux multiples facettes, en constante recherche créative.

Sous le titre « Faire Signe », le graphiste, typographe et character designer y présente à partir du 6 juillet une exposition qui permet aux visiteurs de découvrir plusieurs facettes de son activité. « Les œuvres ont été réunies spécialement pour l’exposition, explique Pierre di Sciullo. Elles ont en commun d’être toutes liées à l’exploration typographique et d’avoir été librement associées selon leur présence plastique. »

Cette exposition présente des affiches, dont plusieurs ont été réalisées pour le Théâtre national de la Colline, dont Pierre di Sciullo est artiste associé. Sur ces affiches, on retrouvera en arrière-plan Gararond, une police de caractères de sa création, et on pourra apprécier la typographie et les couleurs : chaque saison théâtrale est caractérisée par deux couleurs jouant avec l’horizontalité et la verticalité des lettres. Sur certaines affiches, on retrouvera le travail réalisé des photographes comme Sarah Moon ou le collectif Tendance floue. Toutes ont pu être vues dans le métro ou sur les colonnes Morris.

Au cours de la visite, le regard est également attiré par un panneau vertical, suspendu au plafond. Il s’agit de la représentation du premier et du dernier panneau de la lettre A du Mémorial international de Notre Dame de Lorette, dit Anneau de la mémoire (Nord-Pas-de-Calais), qui rend hommage depuis 2014 aux vies sacrifiées pendant la Grande Guerre de 1914-18. Pierre di Sciullo est en effet le graphiste de ce projet qui rend hommage, en gravant leurs noms sur 500 panneaux disposés de manière circulaire, aux 579 606 soldats français, allemands, anglais ou alliés. Soit douze millions de lettres pour lesquelles l’artiste a créé une police conçue spécifiquement pour être gravée : Lorette. Le visiteur pourra également observer dans une vitrine le prototype d’un détail du panneau, ainsi que la technique de gravure « délicate mais perceptible », précise Pierre di Sciullo.

L’exposition est aussi l’occasion de découvrir d’autres facettes du travail de l’artiste, comme ces pièces en verre travaillées avec la complicité des artistes Perrin et Perrin selon la méthode du fusing. Les créations typographiques présentées sont une recherche sur les voyelles.

Ces œuvres et d’autres sont à découvrir dans cette exposition au Musée Champollion jusqu’au 22 septembre, tous les jours en juillet et août, puis tous les jours sauf le lundi en septembre.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Trompette, danseurs, Dalida… Le spectacle époustouflant de Soolking aux Vieilles Charrues [Vidéo] – .
NEXT Puy-l’Évêque. Summer activities in Virebent – .