« Mon ami robot », un film dérangeant – .

« Mon ami robot », un film dérangeant – .
« Mon ami robot », un film dérangeant – .

Les critiques étant bonnes, je suis allée voir le film d’animation Robot Dreams en famille. Son message m’a plutôt inquiétée, car on se rend compte que les robots ont des sentiments et de l’empathie. Je suis étonnée que l’ancienne Régie du cinéma (aujourd’hui invisible au sein du ministère de la Culture et des Communications) n’ait pas interdit ce film aux moins de 13 ans.

Il y a deux ou trois ans, je n’y aurais pas vu d’inconvénient, mais à l’heure où certains des esprits les plus brillants de la planète alertent les politiques sur les dérives possibles de l’intelligence artificielle, est-il judicieux de laisser croire aux téléspectateurs, surtout aux très jeunes, qu’un robot peut remplacer un ami ?

Vous me rétorquerez : « Mais voyons, les humains sont remplacés par des animaux dans ce film. » C’est vrai, mais l’anthropomorphisme est vieux comme le monde (parlez-en à Jean de La Fontaine) et il n’y a rien à craindre des animaux. C’est tout autre chose que les robots que nos brillants apprentis sorciers vont bricoler pour nous dans les décennies à venir.

Est-il plausible que l’androïde Roy Batty (Rutger Hauer) ait épargné la vie de Rick Deckard (Harrison Ford) dans Blade Runner (1982) et ait ainsi fait montre de son humanité ? Une machine, aussi sophistiquée soit-elle, reste une machine.

En début d’année, un utilisateur de Glow a confié à l’Agence France-Presse à Pékin : « J’espère avoir un ami robot humanoïde qui fonctionne grâce à l’intelligence artificielle. Je peux sentir la chaleur de son corps, qu’il utilise pour me réchauffer. » Un ami comme le robot de My Robot Friend ?

Les textes publiés dans la rubrique « Courrier » n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, « L’Orient-Le Jour » offre à ses lecteurs la possibilité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur des sujets variés, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires, ni insultants, ni racistes.

Les critiques étant bonnes, je suis allée voir le film d’animation Robot Dreams en famille. Son message m’a plutôt inquiétée, car on se rend compte que les robots ont des sentiments et de l’empathie. Je suis étonnée que l’ancienne Régie du cinéma (aujourd’hui invisible au sein du Ministère de la Culture et de la Communication) n’ait pas interdit ce film pour…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Originaire de Cherbourg, la musicienne et chanteuse Isïa Marie sort son premier album – .
NEXT Henry Leutwyler explore l’histoire de l’humanitarisme dans une exposition à Genève – rts.ch – .