Vidéos. A Bassens, première soirée lumineuse pour le festival des Hauts de Garonne – .

Vidéos. A Bassens, première soirée lumineuse pour le festival des Hauts de Garonne – .
Vidéos. A Bassens, première soirée lumineuse pour le festival des Hauts de Garonne – .

Le sujet est sur toutes les lèvres, bien sûr. Chez les habitués, comme chez les novices. Les retrouvailles historiques (30 ans) du début de l’été autour d’artistes venus de toute la planète, de toutes les cultures dans les parcs publics de la rive droite de Bordeaux survivront…

Le sujet est sur toutes les lèvres, bien sûr. Chez les habitués comme chez les novices. Les retrouvailles historiques (30 ans) du début de l’été autour d’artistes du monde entier, de toutes les cultures dans les parcs publics de la rive droite de Bordeaux survivront-elles si l’extrême droite arrive au pouvoir ? « Rien n’est moins sûr », craint Patrick Duval, directeur de Musiques de nuit, organisateurs du festival des Hauts de Garonne. Sur la scène installée devant la Chartreuse de Beauval, à Bassens, il rappelle la richesse de la diversité, « le droit de chacun à vivre sa culture ».


Patrick Duval, director of Musiques de nuit, this Thursday on the stage of the Hauts de Garonne festival.

YD

Si l’obscurantisme ne menaçait pas, la soirée serait parfaite. Les sauces du jour avaient disparu et l’antique éolienne (XIXe siècle, bonne) de Beauval n’a jamais été aussi jolie au coucher du soleil. 700 personnes ont garé voitures et vélos dans la prairie pour une affiche à l’image de la fête, vive et joyeuse, titillant les ischio-jambiers autant que les neurones. En douceur d’abord avec la légende René Lacaille, vieux compagnon de Musiques de nuit et chanteur mythique de la culture réunionnaise.


René Lacaille a ouvert la première soirée du festival des Hauts de Garonne à Bassens.

YD

Fête de Ladaniva

Encadré de trois musiciens savoureux, l’accordéoniste et chanteur a joué un set calme et entraînant, se balançant au gré des percussions héritées de la belle île. Sur les bottes de paille, les enfants s’amusent, les parents et grands-parents préviennent en souriant des prothèses de hanche. Avec Ladaniva, le rythme monte d’un cran, latitude et longitude : cap vers l’est depuis Bassens et le pays pour les Balkans, l’Arménie, l’Orient mais aussi le maloya de La Réunion. Séance de rattrapage pour ceux qui les auraient manqués à Musik à Pile début juin. Les épatants Jaklin Baghdasaryan (chant), Louis Thomas (trompette entre autres) et leurs quatre acolytes mettent le feu aux poudres et font monter les larmes aux yeux.


Devant la chartreuse de Beauval, 700 personnes ce jeudi à Bassens.

YD

Au premier rang, les fans arméniens chantent « Jako », la chanson défendue à l’Eurovision 2024. « Que ces gens-là chantent encore avec nous après dimanche », murmure Gérard Brat, un Cenonnais de 69 ans au déhanché pas mal. Ce vendredi, c’est le trio Hope Masike et le spectacle « De Kaboul à Bamako » qui vous attendent au parc du Bois Fleuri à Lormont (20h30).


Village communautaire, stands de restauration autour de la scène du festival.

YD

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Melody Cool, by Philippe Allaire – .
NEXT Le groupe belge Hooverphonic sublime le public – .