La Commission vante les succès de l’UE en matière de santé, mais il faut faire davantage – Euractiv FR – .

La Commission vante les succès de l’UE en matière de santé, mais il faut faire davantage – Euractiv FR – .
La Commission vante les succès de l’UE en matière de santé, mais il faut faire davantage – Euractiv FR – .

« L’Union européenne de la santé : agir ensemble pour la santé des citoyens », c’est ainsi que la Commission a résumé ses cinq dernières années d’action dans le domaine de la santé. L’UE a adopté « de pompier à architecte »selon le vice-président de la Commission, Margaritis Schinas, tout le monde n’est pas convaincu que la situation actuelle soit optimale.

La communication présentée mercredi (22 mai) donne un aperçu des mesures prises par l’Union européenne au cours de la législature 2019-2024, en amont des élections européennes de juin.

L’Union européenne de la santé, initialement présentée comme la clé d’une meilleure préparation aux urgences sanitaires, est devenue le nom générique donné à toutes les mesures sanitaires prises par Bruxelles, du plan européen de lutte contre le cancer à la première approche globale de la santé mentale.

Margaritis Schinas est revenu sur la pandémie de Covid-19, qui a frappé l’Europe en 2020, quelques mois seulement après l’entrée en fonction de la nouvelle Commission.

« Je n’aurais jamais pu imaginer que les problèmes de santé prendraient autant d’importance après seulement trois mois. Nous étions confrontés à la plus grave urgence sanitaire depuis [la pandémie de grippe espagnole de] 1918. »

Selon M. Schinas, grâce à ses actions, l’UE est passée du statut d’acteur secondaire à celui d’acteur mondial en matière de santé.

L’UE a répondu à la pandémie en créant une stratégie vaccinale européenne et le certificat numérique Covid de l’Union européenne, également connu sous le nom de pass sanitaire, et a dirigé le mouvement mondial en tant que fondateur et principal donateur de COVAX, une initiative visant à aider les personnes à faible revenu non vaccinées. Les pays européens ont accès aux vaccins.

Outre les mesures sanitaires, l’UE a augmenté son financement dans le domaine de la santé par le biais de la Facilité pour la reprise et la résilience (FRR), avec 43 milliards d’euros alloués aux mesures liées à la santé, instrument de soutien temporaire pour atténuer les risques de chômage dans les situations d’urgence (Soutien pour atténuer les risques de chômage en cas d’urgenceSÛR) et le programmeL’UE pour la santé (UE4Santé). Ce dernier reste le programme de santé le plus vaste et le plus ambitieux que l’UE ait jamais eu, selon la commissaire européenne chargée de la santé et de la sécurité alimentaire, Stella Kyriakides.

Des fondations solides ?

M. Schinas a souligné les différentes manières par lesquelles l’UE a renforcé sa capacité à répondre aux menaces sanitaires, notamment grâce à la création de l’Autorité de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (HERA).

Toutefois, les acteurs de l’industrie ont déjà souligné la nécessité d’en faire davantage dans le secteur de la santé.

Le professeur Peter Piot, conseiller spécial de la présidente de la Commission Ursula von der Leyen pour la santé en Europe, a reconnu les progrès réalisés mais a mis en garde contre le besoin urgent de clarifier et de simplifier la gouvernance de la prévention en Europe, qu’il a qualifiée de« tout à fait babylonien ».

Lors d’une conférence sur l’avenir de l’Union européenne de la santé le 27 mars, Piot a également suggéré que les travaux sur les contre-mesures médicales et les mesures de santé publique, telles que le maintien de la distance sociale, le port du masque et le confinement, soient également abordés de manière plus coordonnée.

En réponse à une question d’Euractiv, M. Schinas a déclaré que ce n’était pas le rôle de Bruxelles d’assumer la responsabilité de « problèmes opérationnels nationaux »mais il a souligné que l’UE offre un format permettant aux États d’échanger des informations sur leurs approches.

Pour Mme Kyriakides, le niveau européen a un rôle à jouer dans la formulation de recommandations scientifiques crédibles.

« Les citoyens doivent savoir qu’ils disposent d’informations crédibles, car je vous rappelle le grand nombre de fausses nouvelles [qui ont circulé] pendant les six premiers mois[de la pandémie]»se souvient-elle.

Regard vers l’avenir

Dans sa communication, l’exécutif européen souligne également les menaces qui ne doivent pas être ignorées, allant de la résistance aux antimicrobiens aux menaces sanitaires induites par le changement climatique.

Le document évite cependant toute polémique et n’aborde pas les questions qui n’ont pas encore été résolues dans le cadre de ce mandat, comme le paquet législatif sur les produits pharmaceutiques ou les travaux sur l’étiquetage du tabac et de l’alcool.

[Édité par Anne-Sophie Gayet]

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Quelle forme prendra la médecine du futur ? (Michel Goldman) – .