Recrudescence de la coqueluche en Europe, appel à la vigilance en France

Recrudescence de la coqueluche en Europe, appel à la vigilance en France
Recrudescence de la coqueluche en Europe, appel à la vigilance en France

Camille Moreau avec AFP / Crédits photos : LOIC VENANCE / AFP
08h29, 11 mai 2024

L’Union européenne tire la sonnette d’alarme face à l’augmentation du nombre de cas de coqueluche. En Europe, 60 000 cas ont été enregistrés entre 2023 et avril 2024, soit dix fois plus qu’en 2022 et 2021. Les bébés sont les premières victimes de cette infection respiratoire.

Une reprise de la circulation de la coqueluche, maladie très contagieuse et parfois grave, “a amorcé en France” depuis le début de l’année, note Santé publique France, appelant à la vigilance et rappelant l’importance de la vaccination. En Europe, 60 000 cas ont été enregistrés entre 2023 et avril 2024, soit dix fois plus qu’en 2022 et 2021.

Les nourrissons, premières victimes

La coqueluche, infection respiratoire provoquée par une bactérie, se transmet très facilement par voie aérienne, par contact avec une personne malade qui tousse, principalement dans la famille ou dans les collectivités.

Elle provoque des quintes de toux fréquentes et prolongées, et peut être grave pour les nourrissons et les personnes vulnérables (patients respiratoires chroniques, personnes immunodéprimées, femmes enceintes). Les décès sont rares mais peuvent survenir particulièrement chez les très jeunes nourrissons non vaccinés, comme l’explique le pédiatre Robert Cohen.

“Cette maladie est extraordinairement dangereuse chez les tout petits bébés qui n’ont pas encore eu le temps de se faire vacciner, c’est-à-dire avant quatre mois”, précise le pédiatre.

Une seule solution : la vaccination des femmes enceintes

La coqueluche est dix fois plus contagieuse que la grippe. Si elle provoque de violentes quintes de toux, elle peut également provoquer d’autres symptômes comme une peau bleutée et des yeux légèrement rougis. Pour protéger les nourrissons, une seule solution : la vaccination, notamment pour les femmes enceintes. “Aujourd’hui, en période épidémique, il faut vacciner les femmes enceintes entre le deuxième et le troisième trimestre de la grossesse, car ce sont elles qui vont protéger leur petit bébé en leur donnant leurs anticorps”, indique Robert Cohen.

Le vaccin contre la coqueluche est efficace à 90 %. Il est donc possible de tomber malade même en étant vacciné mais ne vous inquiétez pas, pour guérir, il existe aussi un antibiotique.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Est-il possible de s’habiller localement et de manière responsable ? Cinq marques made in Provence
NEXT « La collaboration public-privé est la clé d’une production compétitive d’engrais en Afrique » – .