La Nuit des images 2024

La Nuit des images 2024
La Nuit des images 2024

Le quartier des arts Plateforme 10 à Lausanne (Suisse) vibrera au rythme de la Nuit des images le samedi 22 juin 2024, de 18h à 1h du matin

Cinq ans après sa dernière édition, cet événement emblématique de la scène culturelle lausannoise fait son grand retour, orchestré par Photo Elysée. Attirant un public varié, des passionnés érudits aux amateurs curieux de tous âges, la soirée met à l’honneur la photographie sous différentes formes.

De grandes projections illumineront les façades des musées (MCBA, mudac et Photo Elysée), présentant des séries photographiques d’artistes suisses et internationaux, tous fortement ancrés dans l’actualité. Photo Elysée dévoilera également trois nouvelles expositions, dont un hommage à Sabine Weiss, avec une interprétation contemporaine de son travail par l’artiste française Nathalie Boutté.

La Nuit des images, anciennement connue sous le nom de Nuit de la photographie, est née d’une initiative audacieuse de Charles-Henri Favrod, fondateur du Musée de l’Elysée. Organisé le magazine L’hebdomadaire et la Cinémathèque suisse, la Nuit de la Photo a fusionné photographie, danse, jazz et cinéma avec des projections dans les jardins du musée.

Dès sa première édition en 1987, des artistes internationaux étaient invités. Parmi eux, Nan Goldin a présenté son « journal visuel », La ballade de la dépendance sexuelle, à travers une série de diapositives projetées sur un grand écran. Après une interruption en 1994, la manifestation est relancée en 1996 sous la direction de William A. Ewing, avant d’adopter le nom de Nuit des images en 2011 sous la houlette de Sam Stourdzé. Cet événement a continué d’attirer les foules avec des expositions et des performances artistiques, confirmant ainsi son statut d’événement culturel majeur à Lausanne.

Lors de cette nouvelle édition, les visiteurs pourront contempler des projections thématiques d’œuvres invitant à une réflexion sur notre rapport aux images et leur impact sur notre compréhension du monde. Parmi les artistes présentés, Marina Caneve, dans son projet Au sol parmi les animauxsonde la relation complexe entre la conservation de la biodiversité, les infrastructures humaines et la liberté de mouvement des animaux au sein des sites Natura 2000.

Série Nothing Personal – le back-office de la guerre de Nikita Teryoshin, révèle le contraste saisissant entre les coulisses glamour et aseptisées du commerce mondial de la défense militaire, illustrant l’hypocrisie d’une industrie qui vend la guerre sous couvert de paix et de progrès technologique. Dans Cavaliers en bétonCian Oba-Smith étudie la contribution historique des Afro-Américains à la culture des courses de chevaux, pour remettre en question les stéréotypes raciaux et sociaux.

Le court métrage Ma vie au soleil de Noha Mokhtar, explore la représentation du monde et de l’individualité sur les réseaux sociaux. La disparition des glaciers suisses sera abordée à travers des photographies historiques de la collection Photo Elysée, prises entre 1880 et 1965, et extraites de l’exposition Regarder le glacier disparaîtrequi se déroulera tout au long de l’été dans différentes régions de Suisse.

Une rencontre avec Antoine d’Agata sera l’un des temps forts de cette édition. Une projection inédite retraçant plus de trois décennies de son travail sera suivie d’une conversation en direct entre le photographe et Nathalie Herschdorfer, directrice de Photo Elysée. Un autre moment fort sera l’ouverture d’une exposition consacrée à Sabine Weiss au musée. En hommage à cette figure emblématique de la photographie humaniste, décédé en décembre 2021, l’exposition marquera le centenaire de sa naissance (1924-2021). A cette occasion, l’artiste française Nathalie Boutté proposera une interprétation contemporaine de son œuvre.

Photo Elysée accueillera également la première exposition institutionnelle de l’artiste suisse Tamara Janes, intitulée Ensemble et réglage, qui interroge avec humour les implications juridiques de l’appropriation des images. Quant à l’espace Signal L, la photographe lausannoise Olga Cafiero investit les lieux le Naturéum. A travers «(In)Animalis», elle réinterprète les collections cantonales de zoologie, de botanique et de géologie.

Les visiteurs pourront également découvrir Citoyens modèlesune série incisive de Debi Cornwall, lauréate du Prix Elysée 2023, ainsi que le travail des huit photographes récemment sélectionnés pour l’édition 2025 de ce prestigieux prix.

La Nuit des Images
Samedi 22 juin de 18h à 1h
Quai 10 et Photo Elysée
Place de la Gare 17
CH–1003Lausanne

www.elysee.ch
T +41 21 318 44 00

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Reka, l’artiste du bonheur qui fait sourire avec sa nouvelle fresque