Maison. En Normandie, la métamorphose atypique d’un pavillon des années 1970

Dans une rue calme d’un quartier de Bayeux (Calvados), dans une rangée de pavillons classiques des années 1970 aux toits de tuiles rouge-marron, une maison se démarque.

À quoi ressemblait le pavillon avant la rénovation. | RD
Afficher en plein écran
À quoi ressemblait le pavillon avant la rénovation. | RD

Derrière une rangée de grands chênes et une haie d’aubépines, on le voit, enveloppé dans une enveloppe en bois, un peu à la manière de Christo, artiste bien connu pour le « packaging » d’œuvres architecturales (le Pont-Nouveau à Paris en 1985 ; l’Arc de Triomphe en 2021).

Sous le bois, un bac en acier assure une étanchéité complète de la toiture. | MICHEL OGIER, OUEST-FRANCE
Afficher en plein écran
Sous le bois, un bac en acier assure une étanchéité complète de la toiture. | MICHEL OGIER, OUEST-FRANCE

L’architecte et propriétaire de cette maison normande rapporte que, pendant le chantier, des passants l’interpellaient : « Mais qu’est-ce que tu vas mettre dessus ? Ardoise? Tuile? » Depuis trois ans, Guillaume Daligaux et sa compagne cherchaient sans succès une maison à rénover en ville. Jusqu’en 2017, ses parents lui proposent de reprendre leur maison, où l’architecte avait passé toute son enfance.

Baie de poche, 3 m 80. | MICHEL OGIER, OUEST-FRANCE
Afficher en plein écran
Baie de poche, 3 m 80. | MICHEL OGIER, OUEST-FRANCE

Consommation d’énergie réduite

“La logique de cette rénovation n’était pas de démolir une maison saine, il explique. Mais pour le restructurer, l’isoler et lui donner un look contemporain. » Les performances thermiques ont été améliorées en l’isolant sur 24 cm d’épaisseur avec de la laine de roche et en le recouvrant entièrement de sapin de Douglas. « Nous avons également installé une thermopompe intérieure. Tout cela a permis de réduire la consommation d’énergie des deux tiers. »

Vue de la rue, la maison se démarque. | MICHEL OGIER, OUEST-FRANCE
Afficher en plein écran
Vue de la rue, la maison se démarque. | MICHEL OGIER, OUEST-FRANCE

A l’intérieur, les cloisons ont été supprimées. L’entrée se fait dans un hall qui s’élève sur toute la hauteur et ouvre sur la cuisine qui communique avec le séjour. Un bureau et la chambre des parents sont situés au rez-de-chaussée. Tout est raffiné et lumineux. Une grande baie vitrée à galandage (dont les vantaux s’ouvrent en s’insérant dans la cloison) donne sur la terrasse et le jardin au sud. A l’étage, trois lucarnes éclairent un large couloir qui dessert trois chambres. Dans les chambres d’enfants, les grandes lucarnes ont été remplacées par des fenêtres de toit.

Cuisine ouverte. | MICHEL OGIER, OUEST-FRANCE
Afficher en plein écran
Cuisine ouverte. | MICHEL OGIER, OUEST-FRANCE

« C’est devenu une maison agréable et confortable à vivre. On revient dans une sorte d’état neuf et on garde une situation idéalement située, à vingt minutes du centre-ville à pied. » conclut Guillaume Daligaux. Qui ne rêverait pas, comme lui, de renouer avec son enfance dans une maison entièrement repensée à son goût ?

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Pour apporter un peu de soleil dans votre intérieur, choisissez cette couleur tendance – .