Jets de peinture et invectives : Raphaël Glucksmann empêché du cortège du 1er mai à Saint-Etienne – le 01/05/2024 à 21h47

Jets de peinture et invectives : Raphaël Glucksmann empêché du cortège du 1er mai à Saint-Etienne – le 01/05/2024 à 21h47
Descriptive text here

Image extraite d’une vidéo de l’AFPTV, le 1er mai 2024, de Raphaël Glucksmann empêché de rejoindre le cortège à Saint-Etienne après des jets de peinture (AFP/Marine LESPRIT)

“Sortez-en”, “La Palestine vivra” : violemment agressé et aspergé de peinture, Raphaël Glucksmann, tête de liste PS-Place publique, a été évincé du cortège du 1er-Mai à Saint-Etienne, mais assure que personne ne le fera pas lui faire « baisser la tête », pointant du doigt La France insoumise, ce que rejette Jean-Luc Mélenchon.

M. Glucksmann et son entourage ont subi des insultes dès leur arrivée, avec des jets de peinture et de canettes, ainsi que des cris comme « Glucksmann sors de là » ou « La Palestine vivra ». La tête de liste, accusant « une cinquantaine d’excentriques », dont certains appartiennent selon lui à LFI, a renoncé à manifester.

Le Premier ministre Gabriel Attal a condamné ces violences. “La politique peut parfois être un combat au sens noble du terme, mais elle doit toujours se faire dans le respect de l’intégrité des personnes”, a-t-il déclaré en marge d’un déplacement à Beaugency (Loiret).

Le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, avec qui Raphaël Glucksmann entretient de nombreux désaccords, sur l’Ukraine, l’Europe de la défense ou la Chine, a également « totalement désapprouvé ».

“Tous ceux qui veulent faire allégeance à la lutte ouvrière pour leurs droits ont leur place le 1er mai. Il suffit de s’éloigner d’eux s’ils nous déplaisent”, a-t-il argumenté sur X, déplorant que cette action fournisse “un effet médiatique”. une diversion contre le 1er mai et un rôle de victime pour Glucksmann qui en profite pour nous accuser ».

Dans un autre message dans l’après-midi, M. Mélenchon a demandé au leader de Place publique de s’excuser d’avoir accusé à tort son mouvement, selon lui, soulignant que “les Jeunes communistes de 42 ont revendiqué la responsabilité de cette action”.

“Ce qui est sûr, c’est qu’il y avait des drapeaux de partis politiques”, a déclaré l’essayiste de 44 ans peu après l’incident, faisant référence à ceux de la Révolution permanente (un mouvement trotskyste, NDLR), de La France Insoumise et de la Jeunesse communiste.

La fédération LFI de la Loire a dénoncé « les mensonges » contre leur mouvement, mais TF1 et LCI ont recueilli le témoignage d’un militant LFI, ancien adjoint d’un candidat LFI (non élu) aux législatives de 2022, qui revendique, drapeaux Rebelle sur l’épaule. , « ayant fait partie de ceux qui l’ont expulsé ».

Les Jeunes communistes de la Loire ont également reconnu auprès de l’AFP avoir “contribué à cette action, comme d’autres organisations”, jugeant “incompatible” de défiler en présence de Raphaël Glucksmann, “un représentant de l’aile droite du Parti socialiste”. ».

Image extraite d’une vidéo de l’AFPTV, le 1er mai 2024, de Raphaël Glucksmann (c) empêché de rejoindre le cortège à Saint-Etienne après des jets de peinture (AFP/Marine LESPRIT)

La tête de liste PCF Léon Deffontaines, qui a condamné “fermement” ces agissements, a assuré mercredi qu’ils n’étaient “pas membres du PCF”, ni “du mouvement des jeunes communistes français”, et qu’il n’avait donc pas “à répondre de ces actes ».

– “Frustration” –

“Personne ne nous fera baisser la tête”, a insisté plus tard Raphaël Glucksmann lors d’un point presse à Villeurbanne, juste avant une réunion.

Ces violences sont selon lui « le résultat d’une campagne de calomnie orchestrée sur les réseaux sociaux par certains partis politiques et certains dirigeants politiques », a-t-il jugé, regrettant que certains à gauche « aient décidé de cibler non pas l’extrême droite, mais notre campagne ». », sans nommer personne.

Mais dans une série de messages sur X, il a demandé à Jean-Luc Mélenchon d’arrêter de “jouer avec le feu”.

M. Glucksmann fait l’objet d’attaques sur les réseaux sociaux depuis plusieurs mois, notamment de la part de militants proches de LFI, mais il a également été pris pour cible par de jeunes communistes du Nord, sur une affiche où il était traité de « salopard ».

Plusieurs candidats européens ont dénoncé ces incidents, comme LFI Manon Aubry et LR François-Xavier Bellamy.

Dans un entretien à l’AFP, M. Glucksmann a attribué ces mouvements de colère à “une réaction de frustration car la dynamique est avec nous”, en référence aux sondages pour les élections européennes du 9 juin, le donnant à 14% selon une étude Ipsos. lundi, en embuscade derrière la candidate de la majorité présidentielle Valérie Hayer (17%).

“A ceux qui brutalisent le débat public, je me retrouverai le 9 juin. Je pense qu’ils vont avoir une énorme déception”, a-t-il ajouté à l’AFP.

Faisant référence aux slogans sur le conflit à Gaza, il a assuré qu’il “n’a pas bégayé pour condamner le Hamas” tout en “luttant pour que le carnage à Gaza cesse”.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un petit loft industriel de 67m2 dans une ancienne brasserie – .
NEXT 10 expositions incontournables en mai 2024 à Paris (la 3ème est notre préférée) ! – .